Jabulani Arts Festival 2018

La vie culturelle de Fort Portal n’est pas des plus trépidantes. La ville compte néanmoins un collectif d’artistes de plus en plus dynamique, Jabulani, qui s’efforce de faire bouger le secteur.

Parmi les événements phares qu’ils organisent, il y a le « Jabulani Arts Festival » qui se tient en décembre depuis déjà 4 ans. A l’honneur, la musique, la danse, mais aussi le stylisme.  C’est que depuis 2 ans, avec l’appui notamment d’Enabel, une organisation locale forme des jeunes au métier de la mode.

Nous avons été faire un tour en famille dans ce festival convivial. Un chouette moment culture !

 

Déchirer, assembler, coller… et le tour est joué ! 

A la maison, on aime toujours autant les bricolages « récup ». On a tous quelques magazines qui traînent à la maison. Ca tombe bien, il n’en faut pas plus pour réaliser une belle oeuvre d’art.

Eh oui, le « paper collage » est une activité à la mode (voir par example: http://www.karlaschuster.com/)

Enfin, même si chez nous l’objectif n’est pas d’être tendance, il faut dire que le résultat de Lola est plutôt réussi. En tout cas, nous on l’aime bien.

Trait 5

Un volcan, c’est pas sorcier !

La semaine dernière, l’école Sadghuru avait un air d’émission « C’est pas sorcier ». Vous voyez, cette excellente émission qui met la science à la portée des enfants (et de leurs parents aussi). Pour quelques semaines, l’école accueille en effet un jeune couple de britanniques, qui a décidé de mettre son voyage de noces sous le thème du partage de leur passion pour les sciences avec des enfants des 4 coins du monde. L’univers des volcans a servi de toile de fond à nos apprentis chimistes !

Dessine moi un oiseau

Comme on vous l’a déjà dit dans de précédentes éditions, la région de Fort Portal est un paradis pour les ornithologues. De quoi inspirer nos artistes en herbe pour qui la peinture reste une valeur sûre en matière de bricolage.

Résultats en images :

Les Cranes ou les Diables ougandais

Au Burkina, ils ont les étalons. En Côte d’Ivoire, ils ont les éléphants. Au Cameroun, ils ont des lions indomptables.

Les Ougandais, eux, sont fiers de leurs « Cranes » .

Cet oiseau, Crested Crane (ou Grue Royale), est le symbole national du pays et le surnom donné aux joueurs de l’équipe nationale de foot. Il est également représenté au centre du drapeau ougandais, par ailleurs, Noir-Jaune-Rouge (tiens, tiens). Le noir symbolise le peuple africain, le jaune le soleil et le rouge la fraternité entre les peuples africains (rouge du sang commun à tous ces peuples). La grue était l’insigne militaire de soldats ougandais au sein du Royaume-Uni. Aujourd’hui cet oiseau représente la beauté et la sérénité de l’Ouganda. Ces oiseaux ont également la particularité d’être des oiseaux monogames qui vivent en couple pour la vie ! C’est vrai que lorsque nous les voyons voler dans le ciel de Fort Portal, ils sont toujours par deux. Si ce n’est pas beau ça 😉

Voici leur portrait, fort bien réussi (c’est les parents qui parlent ;-), réalisé par Lola, Anna-Lou et Romain :

Ciboulette, un clown belge en Ouganda

Lors de notre réunion de rédaction, les enfants ont voté à l’unanimité pour élire « Ciboulette » comme artiste du mois écoulé. « J’ai fort aimé le spectacle de Ciboulette – Mamounette. Surtout qu’elle l’a fait en anglais », dixit Anna-Lou

Le clown Ciboulette, fraîchement débarqué de Belgique, a en effet fait sensation lors de son spectacle à l’école Sadghuru. Il a réussi à ravir le cœur des enfants ougandais, au départ surpris par cet art inhabituel dans cette partie du monde, et à faire la fierté du trio belge.

Souvenirs en images :

Les arts de la scène comme lieu d’apprentissage

Nos 3 artistes du mois sont Boucle d’Or, la maman de Jack et le marchand de foin…

Avant de découvrir l’œuvre de nos artistes, une petite explication s’impose. Ce mois-ci, l’école a mis sur pied une activité ludique visant à améliorer l’apprentissage de la langue de Shakespeare et à enrichir le vocabulaire des enfants. Chaque classe a donc choisi un conte qu’ils ont appris par cœur, mis en scène et présenté au reste de l’école sous forme d’une petite pièce de théâtre. La classe de Lola a eu à cœur de revisiter les 3 petits cochons. Anna-Lou nous a enchantés avec l’histoire de « Jack et le haricot magique » et Romain a cassé la baraque avec sa version bien à lui de « Boucle d’Or et les 3 ours ».

Cette activité artistique nous a surtout fait prendre conscience des immenses progrès que nos enfants ont réalisés en anglais en seulement 4 mois. Ils communiquent sans effort (apparent du moins), ils sont à l’aise pour s’exprimer en public et ils s’adressent à tout un chacun (profs, amis, inconnus, visiteurs, collègues, …) avec le plus grand des plaisirs. Cet élément – non négligeable – rend notre expérience ougandaise encore plus riche. En effet, parler la langue du pays qui nous accueille permet encore plus de rencontres, plus de découvertes et plus de plaisirs partagés.

On vous laisse, donc, en compagnie de nos artistes (une version vidéo de ces « exploits » existe également mais des limitations techniques nous empêchent de les partager via notre blog. Cela étant, les photos en valent déjà largement la peine J ) :