A chacun ses talents !

S’ouvrir à l’autre, c’est aussi découvrir et apprécier ses talents.

Illustration en images tirées de la fête d’anniversaire d’Anna-Lou

BUWT4076

Réveil matinal au coin d’un feu qui renaît de ses cendres ! Notre trio a été subjugué par le talent de leurs amis d’école qui en deux temps trois mouvements ont rallumé le feu de la veille. Et pourtant la pluie était passée par là pendant notre nuit de camping.

A chacun ses talents : à gauche le podium de l’épreuve d’apnée ; à droite le podium du saut en longueur.

Un chameau tombé du ciel !

Décidément, cette école Sadhguru n’a rien d’ordinaire. Après un hélicoptère dans ma cours de récré (voir édition de Juin 2018), voici qu’un chameau s’invite à la fête. Oui, oui, un vrai chameau nous attendait ce matin là près du réfectoire. Et ce n’est pas l’imagination de nos enfants qui déborde. Regardez plutôt :

Christmas is about octopus !

Avez vous déjà vu une pieuvre, une poule ou un zèbre dans la crèche de Noël ?
Souvent, la scène de la Nativité nous est présentée comme une image d’Epinal : tout semble calme et doux. Mais à l’école Sadghuru, ils pensent qu’à Bethléem, cette nuit là, il devait y avoir beaucoup de bruit : des marchands, des bergers, des animaux, des enfants, … Tout ce monde réunit dans ce petit village, ça devait faire un fameux tintamarre ! Résultat : un récit de la Nativité revisité, tout en couleurs et en chanson. Comme toujours, la créativité, les sourires et l’émotion était au rendez-vous.

Un air de nostalgie

Un air de nostalgie

Comme un air de nostalgie… Dans cet hôtel de Kampala, on trouve ces belles cabines téléphoniques qui ont presque toutes disparues chez nous. Mais ne vous y trompez pas! Les ougandais ont adoptés les nouvelles technologies depuis longtemps. Les téléphones portables, le mobile money et les réseaux sociaux sont bien implantés même si la fracture numérique reste une réalité parmi les plus défavorisés.

 

Kihiihi, la trottinette ougandaise qui fait des miracles !

Si vous voyager dans la région, vous croiserez sûrement cet engin ingénieux le long des routes. Cette trottinette africaine, aussi appelée tshukudu en RDC, peut faire jusqu’à 2 mètres de long et est utilisé comme moyen de transport pour les marchandises locales. Le jour du marché, vous verrez ces trottinettes chargées de plusieurs dizaines de kilos de Matooke (banane verte), de chako (charbon) ou de riz. Il faut être sacrément costaud pour la pousser dans les montées et sacrément habile pour la manier dans les descentes. Les jours où il n’y a pas de marché, ce sont les enfants qui s’entraînent… à trois, à cinq ou à dix ! Une amie à nous, a négocié une kihiihi au bord de la route et nous l’a offerte. Elle trône désormais dans notre jardin et nos petits créateurs ont déjà dans l’idée de la customiser… à suivre peut-être, dans quelques mois, dans le coin des artistes.

Un hélicoptère dans ma cour de récréation

Fantastique, un hélicoptère qui atterrit dans ma cour de récréation . Oh oui, ça c’est vrai ! Avec 5 personnes à bord ,deux venant d’un Lodge qui s’appelle Ndali Lodge  (Aubry et Claire), un autre qui était le pilote, une dame qui était la propriétaire de l’hélicoptère et un dernier homme très célèbre. Célèbre, parce qu’il fait plein de safaris qu’il filme, surtout sur les grands chats, comme les lions, lionnes, léopards, guépards et parfois aussi des éléphants. Il s’appelle Jonathan. Découvrez un de ses films via le lien suivant :
 IMG_5401[1]
Raconté par Lola – Dessiné par Anna-Lou

Bizarre, vous avez dits bizarre ces blancs

Et oui, 5 « muzungus » (le blanc, en langue locale) à vélo, casqués et par dessus tout avec un vélo accroché à l’arrière d’un autre vélo, ça fait office de « bizarerie » aux yeux des ougandais. Éclats de rire accompagnés de salutations amicales nous donnent du courage lors de nos sorties vélo. On en a bien besoin vu le profil accidenté de la région.

Matatu, le covoiturage ougandais !

Le Matatu est un minibus servant de transport en commun en Ouganda. Prévu à la base pour 9 à 12 places, ils embarquent en réalité plutôt 23 à 25 personnes (5 rangées de 4 personnes à l’arrière et 3 personnes à l’avant). Ils sont blancs avec des lignes bleues et bien souvent une touche personnelle de leur propriétaire à l’arrière ! Leurs chauffeurs sont les rois de la route, prêts à s’arrêter n’importe où et n’importe quand pour embarquer ou débarquer un passager. Ils filent à toute allure et ne respectent que très rarement le code de la route. Vous voilà prévenu !

Ce fut aussi le moyen de locomotion emprunté par Lola et Anna-Lou pour se rendre à Kampala avec leur école. Une aventure sur toute la ligne (et un petit stress pour leurs parents). Mais l’ambiance était au rendez-vous et les souvenirs aussi 😉 Malheureusement, nous n’avons pas de photos de leur voyage en Matatu privatisé pour les enfants de l’école.  Mais voici quelques illustrations prises dans les rues de Fort Portal.