Jeux et livres tirés de la hotte de Saint-Nicolas

IMG_3700

 

 

Au niveau jeu, Romain vous présente COGO, c’est à dire la version ougandaise de LEGO. Et au niveau lecture, un livre bien de saison intitulé « Vive Noël » qui lui permet de faire ses premiers avec la lecture en français.

 

 

IMG_3703

 

Anna-Lou était heureuse de découvrir près de sa chaussure le jeu « KATAMINO ». Elle vous le présente : « Il s’agit d’un puzzle « casse-tête » qui change des puzzles reçus jusqu’à présent de Saint-Nicolas ».  On peut faire plein de forme avec. Ca se joue à deux ou tout seul. »

Au niveau lecture, Anna-Lou a choisi « Chien Pourri ». Un livre avec plein de blagues et très rigolo.

 

 

IMG_3697

 

 

 

 

Saint-Nicolas n’a pas oublié ses classiques. Que du bonheur de découvrir cette version famille du Trivial Pursuit !

 

IMG_3698

Moi Lola, j’aimrais vous présente ce livre qui est plein de petits problèmes à résoudre qui font tenir le suspense.

L’histoire se situe au Kenya, dans des parties très sèches et chaudes . En fait c’est l’histoire d’une petite fille qui a une grave maladie du cœur et peut mourir à tout moment. Il lui faudrait une opération qui coûte une fortune . Sa maman court et court tout le temps. Est-ce que par hasard, comme elle court si bien et si vite, elle pourra gagné 1.000.000 de Kels pour sa fille (kels est l’argent du Kenya) ? Je ne vous en dit pas trop …
Gros bisous LOLA

L’Avent autrement

 

Dans notre famille, le calendrier de l’Avent est une tradition. Il y a tellement de jours de fête en Décembre (St Nicolas, le début des vacances, Noël, etc.), qu’il en est excitant d’en faire le décompte.

Mais, cette année, plutôt que le classique calendrier remplis de chocolat nous avons voulu mettre en avant les cadeaux « immatériels » qui valorisent le temps, les souvenirs et la créativité plus que la consommation à tout prix. Cette idée nous est venue à la lecture du blog « Rien de neuf en 2019 » tenu par une amie de Géraldine et que l’on vous conseille vivement (https://riendneuf.be).

Nous avons, donc, chacun imaginé 5 « bons pour », à partager en famille. La seule consigne c’est que les « bons pour » ne doivent (presque) pas impliquer une dépense.  Nous les avons ensuite mélangés et fabriqués un joli sapin pour les accrocher.

Jusqu’à aujourd’hui nous avons reçu les bons suivants :

  • Bon pour un bouquet de fleur du jardin (de Romain)
  • Bon pour une soirée cinéma en plein air (de maman)
  • Bon pour découvrir un nouveau jeu de société en famille (de maman)
  • Bon pour planter un arbre de l’Amour et de la Paix en famille (de papa)
  • Bon pour un bike ride (2x de papa et d’Anna-Lou)
  • Bon pour nettoyer la voiture (de Romain)
  • Bon pour une veillée autour du feu (de Lola) et des marshmallow fondus (de maman)
  • Bon pour un match de foot filles/garçon (de Romain)
  • Bon pour préparer le petit-déjeuner (de Anna-Lou)

Les enfants sont conquis par le concept… et nous aussi.

Le 9ème art s’invite en Ouganda !

L’ONG Iles de Paix n’est pas seulement active dans les pays du Sud. Un volet important de ses activités se déroule en Belgique à travers ce qu’on appelle l’Education à la Citoyenneté Mondiale et Solidaire.

Par ses actions en Belgique, Iles de Paix vise à sensibiliser le public jeune (souvent à travers des animations dans les écoles) et moins jeunes aux enjeux du développement et de la solidarité internationale en général et aussi aux enjeux plus spécifiques liés à l’agriculture familiale durable.

C’est dans ce cadre là qu’une bande-dessinée de 7 pages paraîtra dans l’édition du journal Le Soir du 27 décembre. Une bande-dessinée pour laquelle l’auteur, Jean-Luc Cornette, est venu puiser la source d’inspiration dans les projets menés par Iles de Paix en Ouganda.

Jean-Luc, accompagné d’un vidéaste qui produira des capsules vidéos qui accompagneront la bande-dessinée dans les versions digitales du journal, a passé une semaine avec nous.

Voici quelques photos illustrant ce processus créatif dont on se réjouit de découvrir le résultat final.

Rencontres et esprit de famille à l’honneur !

Notre dernier édito se terminait sur « L’écho du Nord » qui relayait le rêve un peu fou de créer une autre banque, éthique et durable. Difficile de ne pas ouvrir cette nouvelle édition, sans saluer le succès de la mobilisation citoyenne qui a permis de lever en 30 jours les 30 millions d’Euros nécessaires pour respecter les exigences de la Banque Centrale Européenne. D’abord parce que, même si NewB a encore tout à prouver, sa naissance, fruit de la contribution de plus de 70.000 coopérateurs, est le signe qu’il y a des lignes qui bougent. Ensuite, parce que cette campagne, vécue à distance, fut pour nous un vrai « trait d’union » nous donnant l’occasion de nombreux échanges passionnés et souvent passionnants avec la Belgique, mais aussi avec les belges d’Ouganda.

Au-delà de ses échanges sur la toile, nos dernières semaines ont aussi été marquées de bien belles rencontres en chair et en os. Comme le disait Lola en « réunion de rédaction », « c’est un truc de fou les rencontres qu’on fait ici en Ouganda. On rencontre des personnes qu’on aurait jamais imaginé pouvoir rencontrer ». Romain n’est ainsi pas près d’oublier son entrainement de foot dans notre jardin avec Benjamin Orou, un ancien joueur de l’équipe nationale du Bénin. Benjamin, faisait partie d’une délégation de 4 collègues d’Iles de Paix Bénin et Burkina Faso, venus faire une visite d’apprentissage en Ouganda. Une bien belle mission tant sur le plan professionnel qu’humain. Elle fut l’occasion pour nous de tracer un « trait d’union » entre nos expériences en Afrique de l’Ouest et en Afrique de l’Est.

Un autre moment exceptionnel fut l’accueil pendant une semaine d’un auteur de bande-dessinée belge, Jean-Luc Cornette, et d’un cameraman venus découvrir le travail mené par Iles de Paix en Ouganda. On vous en dit plus dans le « Zoom de la Coopération ».

Ces dernières semaines, il a également flotté par ici un agréable esprit de famille. Saint-Nicolas a en effet eu la bonne idée de faire un crochet par l’Ouganda. Découvrez dans le « coin des lecteurs », certains des jeux et livres qui sont tombés de sa hotte. Esprit de famille aussi, à la faveur d’une participation familiale à l’évènement sportif « Run the Rift » (5km pour les enfants, 10km pour Géraldine et 21km pour Denis), à la faveur d’un jeu de bulles (voir « le clin d’œil photo ») ou encore à la faveur d’un calendrier de l’Avent un peu particulier (retrouvez le dans « le Coin des Artistes »).

Plein d’autres petites pépites sont encore venues égayer notre route de Novembre et début Décembre. Retrouvez les en images dans notre lien photos.

Par contre, pas besoin d’aller faire un tour dans notre « coin des Routards ». On fait l’impasse pour cette fois. Mais ce n’est que pour mieux y revenir avec en préparation pour les prochaines éditions : « La Hees family profite du passage de la famille Bassem pour découvrir le parc Murchison sous un autre angle » ou encore « La Hees family profite du passage de François et Mamounette pour faire un tour au Kenya » ou enfin « La Hees family profite de la venue des familles Dellicour et Dassy pour découvrir le Rwanda ». Encore pleins de belles découvertes et de partage en perspective.

Sur ce, on vous souhaite

PHOTO-2019-12-18-10-12-06

Et on vous retrouve en 2020 !

On vous embrasse,

La Hees Family

Les enfants à l’honneur

 

Voici 2 conseils lecture de Romain (6 ans). « Where is Waldo? » ou « Où est Charlie?, peu importe la langue, ça marche à fond à cet âge. Romain est aussi un grand fan des livres éducatifs « Tiptoi » qu’il a découvert grâce à son parrain l’an dernier (« Mon premier Atlas »). Il est désormais parti à la découverte des pompiers. Et le plaisir est toujours au rendez-vous. Pas rare aussi de trouver ses grandes sœurs empruntant les livres à leur frère. La découverte des livres peut en effet se faire à différents niveaux.

Du côté de Lola (10 ans), c’est la passe bandes-dessinées à gogo pour le moment. Et elles sont plus géniales les unes que les autres. A ce niveau là, c’est les parents qui n’hésitent pas à emprunter les livres 😉

 

Et voici les conseils lecture d’Anna Lou (8 ans) qui découvre de plus en plus le plaisir de lire par elle même.

 

Et pour les adultes, voici notre coup de cœur des dernières semaines :

blog1

Imaginer que les énergies fossiles viennent à manquer, puis l’électricité se tarit, et puis c’est un retour à la Nature qui s’impose à l’homme. Un scénario de fiction qui, dans notre contexte actuel de questionnement sur la durabilité de notre mode de vie, apparait bien plus réaliste qu’il ne peut y apparaitre. « Dans la forêt » est un livre haletant qui fait froid dans le dos. A lire certainement, mais avec l’estomac bien accroché.

Secteur privé et développement

En octobre, l’Ouganda a accueilli une délégation qualifiée de « haut niveau » venue de Belgique. Il s’agissait d’une mission conjointe réunissant les Directeurs Généraux de la DGD (Coopération au développement de la Belgique), d’Enabel (l’Agence Technique belge de la Coopération au développement) et de Bio Invest (la banque d’investissement belge pour les pays en développement) avec pour thématique centrale la question de la place à donner au secteur privé dans le contexte des Objectifs du Développement Durables.

La mission ayant choisi la région de Fort Portal pour ses visites de terrain, ce fut le branle-bas de combat pour Géraldine et ses collègues de Fort Portal pour organiser toutes les activités en étroite collaboration avec l’Ambassade de Belgique en Ouganda.

20191008_115926

Denis fut également mis à contribution. Etant basé à Fort Portal, il fut en effet chargé d’organiser une activité au nom des ONGs belges actives en Ouganda. L’occasion de faire valoir la position des ONGs sur cette question de l’inclusion du secteur privé. Cela pris la forme d’un « walk-in cocktail » autour des bureaux d’Iles de Paix où des initiatives d’entrepreneuriat local portées en particulier par les communautés paysannes étaient mises à l’honneur. Une façon de rappeler que les agriculteurs familiaux qui nourrissent le monde bien plus que l’agro-industrie sont de formidables entrepreneurs qui méritent toute notre attention.

Nyege Nyege

En grande fan inconditionnelle de festivals, je ne pouvais pas manquer THE festival made in Ouganda « Nyege Nyege ».  Ce festival se déroule à Jinja, sur les rives du Nil. En 4 ans seulement, ce festival de musique électro/musique du monde, s’est forgé une réputation sulfureuse. A la fois décrié par les autorités les plus conservatrices du pays, ce festival attire aussi une jeunesse éclectique qui a envie de s’ouvrir au monde, à la fête sans préjugés ni interdit.

Nyege Nyege c’est 4 jours de fête non-stop dans une ambiance colorée et bon enfant.

Le « NYEGE » c’est surtout « l’esprit de la danse ». Il se raconte que lorsque le « Nyege » vous frappe, l’envie de danser devient incontrôlable. Alors, il ne sert à rien de résister, vous devez lâcher prise et laisser « Nyege » faire le reste !!

Ssesse Island

Rien de tel qu’une île pour se ressourcer en famille. C’était le but recherché et atteint de notre escapade de 3 jours, 2 nuits à Ssesse Island. Au départ d’Entebbe, les îles Ssesse se situent à 3h30 de ferry au milieu du Lac Victoria. La traversée, en elle-même, vaut déjà le détour. Le ferry pouvant contenir +/-200 personnes et 8 voitures, le chargement prend une heure environ. Pendant la traversée, les enfants ont sympathisé avec le capitaine qui avait fait ses études marines… en Belgique ! Arrivés sur l’île, le coucher de soleil sur le lac donne déjà le ton. Rythmée par la pêche et la venue 1x/jour du ferry, la vie s’écoule calmement sur les 84 îles que composent l’archipel. L’eau n’étant pas très sûr (la bilharziose est la plus grande menace du Lac Victoria), nous avons profité de la piscine et d’un tour en boda (les taxi-moto locaux) pour découvrir l’île : de beaux paysages, des plantations d’huiles de palme, des villages de pêcheurs. Encore une perle à découvrir au sein de la Perle de l’Afrique.

Baguru, la pomme en l’air ougandaise

Elle a le goût de la pomme de terre, elle a la couleur de la pomme de terre, elle a la texture de la pomme de terre, mais elle pousse en l’air. Elle s’appelle en langue locale la Barugu, rebaptisée par Romain et Denis la pomme en l’air !

Il y a un an Denis en avait reçu une semence d’un paysan avec lequel Iles de Paix travaille. La semence avait été plantée, sans trop savoir ce que cela donnerait. Miracle de la nature, un an plus tard, nous découvrons une plante grimpante qui nous offre le plaisir d’une première récolte d’acrobates !

Et la dégustation qui s’en est suivie a fait le bonheur de nos palais.