Ici et là-bas

Amis trait d’unionistes,

Le silence a été long … Mais c’était pour mieux nous rapprocher de vous. Nous avons effectivement passé tout le mois de juillet en Belgique. Et à l’heure d’écrire ces quelques lignes, les plus jeunes membres de notre équipe de rédaction, accompagnés de leur grand-mère Mamounette, viennent seulement d’embarquer dans leur avion, direction l’Ouganda.  De notre côté, ça fait déjà une dizaine de jours que nous avons retrouvé notre « chez nous » de Fort Portal.

Mais « chez nous », c’est où en fait ? Ici ou là-bas ? Et pourquoi ne serait-ce pas autant ici que là-bas ?

Sans doute, cette dernière option est-elle la plus adéquate. Même si cela faisait déjà un an que nous avions pris nos quartiers en Ouganda, que notre regard sur une série de choses a pu changer, nous n’avons pas ressenti de « décalage » (sinon, un décalage lumineux plutôt agréable pour nous qui vivons proche de l’équateur!) en retrouvant notre Belgique natale. Enfants comme adultes, nous nous sommes directement sentis comme chez nous.

Durant ce mois de juillet, il y a eu des lieux de nature retrouvés (Quelles sont belles nos Ardennes ! Qu’on se sent bien dans le massif des Ecrins !), de moment culturels savourés (Que Bruxelles est belle !  Que c’est gai de flâner dans des librairies achalandées !), des terrasses ensoleillées, des barbecues épicés, des feux de camp scouts pour les filles, des soirées endiablées (Come on Eden !), … mais surtout des retrouvailles magiques avec vous, famille et amis. Celles-ci se sont faites comme si on reprenait une conversation arrêtée la veille. Merci pour toute cette magie partagée qui réduit les distances entre ici et là-bas. On en a rempli nos bagages !

On vous laisse sur le lien photos de ce mois de Juillet :

https://www.dropbox.com/sh/joupwrka50tytdk/AADt06ZvuXberhKs6wFVuggIa?dl=0

A très vite pour une édition complète de notre blog avec de nouvelles aventures ougandaises !

D’ici là, on vous embrasse

Den & Gé … qui décomptent les heures avant de retrouver le trio magique 😉

Indignons nous !

Même si le déracinement modifie sans doute le regard porté sur le cours des choses, être expatrié ne signifie pas vivre coupé des événements qui secouent son pays d’origine.

Le décès de la petite Mawda nous a particulièrement touché durant ce mois de mai … Les réactions politiques qui ont suivi l’événement tragique nous ont secoués, interpellés … avec ce sentiment malsain de voir de nouvelles étapes franchies dans l’acceptation d’un discours toujours plus déshumanisant.

Comme le recommandait Stéphane Hessel dans son ouvrage à succès publié en 2010, ne devons-nous pas urgemment réapprendre à nous indigner ? Nous indigner face à ces discours simplistes qui tendent à criminaliser le migrant, nous indigner de voir dans le même temps notre pays s’écarter de plus en plus de son engagement international de consacrer 0,7% de son revenu national brut à l’aide au développement (plus d’infos à ce sujet dans le Zoom de la coopération). N’est-il pas paradoxal de voir nos gouvernements durcir leur politique migratoire et dans le même temps réduire les moyens consacrés pour s’attaquer aux causes profondes des migrations ? Non, le repli identitaire n’est pas la solution aux enjeux de notre monde. Ceux-ci appellent au contraire à toujours plus de solidarité et de coopération.

Loin de cette actualité tragique, notre vie ougandaise a suivi son cours, avec encore de belles découvertes que nous vous partageons dans les diverses rubriques de notre blog.

Pour les amateurs de danse de traditionnelle, on ne peut que vous recommander d’aller faire un tour du côté du coin des artistes. Vous y découvrirez un Romain dans tous ses états.

Le mois de mai nous a aussi réservé une pépite bédéphile à découvrir dans le coin des lecteurs.

Cette semaine, les enfants ont même eu des surprises venues du ciel qu’ils vous font découvrir dans le clin d’œil photo.

Nous avons aussi commencé à préparer tout doucement notre premier retour en Belgique, en affinant notre condition physique à l’occasion du triathlon de Fort Portal, ou encore en prenant part à un « w-e belge » organisé dans un chouette endroit que nous vous faisons découvrir dans le coin des routards.

Retrouvez le résumé photos des dernières semaines via le lien suivant :

https://www.dropbox.com/sh/xm90vp3ftz2mwjz/AADIbJRI1HXAA3SlLWrxjxvha?dl=0

A l’heure de publier cette édition du Trait d’Union, il nous reste deux semaines avant d’embarquer vers Zaventem. Et dire qu’on sera en Belgique pour fêter la première Coupe du Monde de notre pays 😉

D’ici là, on vous envoie plein de bises ougandaises virtuelles,

La HEES Family

Le manque, boussole pour nous guider vers l’essentiel !

Edito un peu particulier pour ce mois de mai, résultat d’une réunion de rédaction particulière. Plutôt que de discuter de ce qui nous avait marqué durant le mois écoulé, notre réunion fut l’occasion d’un « café philo » autour de l’expérience du « manque ». Car s’expatrier, quitter ses racines, ses habitudes, son confort, c’est aussi se frotter par moment au « blues ».

Mais le manque, c’est quoi ? Une émotion, un sentiment ?

Lola nous permet d’y voir plus clair : « Une émotion c’est quelque chose que tu ressens sur le coup. Comme content, pas content ». Et Anna-Lou de compléter « Le manque, ça peut rester longtemps », La notion de durée est de fait une différence entre émotion et sentiment. Car renseignement pris, on découvre qu’une émotion est une réaction physiologique spontanée face à une situation particulière, là où le sentiment est une construction mentale. Nous décidons donc de classer le manque du côté des sentiments, tout en s’amusant à nous rappeler les 7 émotions de base qui existent : la joie, la peur, la tristesse, la colère, la honte, le dégoût, la surprise.

Cette distinction nous permet de mieux comprendre la participation très relative de notre Romain à cette réunion de rédaction. Le manque est peut-être une construction mentale dont on est « préservé » avant un certain âge ?

Mais comment avons-nous les uns les autres expérimenter le manque depuis notre départ de Belgique ? Qu’est-ce qui nous manque le plus ?

La première réponse spontanée semble transcender les âges. A Anna-Lou qui s’écrie « Mes amis, mon école », Lola répond « Pour moi, c’est l’amitié et la famille. Il y a une grosse différence entre l’amitié en Belgique et en Ouganda », et Géraldine et Denis de compléter par  « Partager le quotidien de nos amis, de nos familles ».

Puis, ça part un peu dans tous les sens : « Il y a aussi le chocolat, dans le manger et les gros toboggans à la piscine » (Anna-Lou), « Oui, le chocolat et les bonbons. Mais aussi les livres et c’est aussi plus compliqué de trouver du matériel de bricolage » (Lola), « Un accès facile et varié à la culture » (Géraldine), « Le fait de pouvoir pratiquer régulièrement un sport collectif comme le football » (Denis).

Mais en fait, « il y a du pour et du contre dans chaque pays » (Lola) et « parfois il y a des choses mieux dans un pays que dans un autre » (Anna-Lou). Puis on se rend aussi compte qu’il y a aussi des choses qui ne nous manquent pas. Au fait, en Belgique on avait une télévision ?

Tiens donc, le manque est-il toujours négatif ou peut-il nous apprendre quelque chose ? Sans doute, aurions-nous eu des réponses très différentes et une liste bien plus longue si on avait eu cette discussion il y a 6 mois de cela. Le manque,  avec le temps qui passe, deviendrait donc comme une boussole qui nous guide vers l’essentiel, qui nous aide à savourer plus intensément ce qui nous nourrit en profondeur.

C’est vous dire comme on se réjouit de passer du temps avec les uns les autres en juillet lors de notre premier retour en Belgique (on restera grosso modo tout le mois de juillet). Et oui, nos tickets sont bookés !

Et pour le reste de cette édition du Trait d’Union :

  • Dans le « Coin des lecteurs », découvrez quelques pépites de la littérature africaine.
  • Grâce au « Coin des routards », le concept de « lazy camping » n’aura plus de secrets pour vous.
  • Dans le « clin d’œil photo », vous verrez comment une famille de « muzungus » (les blancs en langue locale) fait rire les ougandais.
  • Du côté du « Zoom de la coopération », retrouvez un extrait du dernier numéro de Transitions, trimestriel édité par Iles de Paix, qui résument les premières avancées enregistrées sur le terrain en Ouganda.
  • Et pour les amateurs de dessins, aller faire un tour du côté de « L’écho du Nord » pour découvrir l’œuvre de Joseph (un ami d’Anna-Lou, de son école en Belgique) ou encore des oiseaux particuliers dans le « Coin des artistes ».

Et comme le veut la tradition, vous pouvez aussi découvrir notre mois d’avril en images via le lien suivant :

https://www.dropbox.com/sh/oypke4lw39qzu6g/AAA6AMbZ9Sho8v3vhMZ3QNZYa?dl=0

Bonne lecture !

La HEES Family

Le bonheur est dans les prés !

Le vortex polaire qu’a affronté la Belgique en ce mois de mars a-t-il soufflé jusqu’en Ouganda ? L’équipe de rédaction du Trait d’Union a en tous cas quelque peu hiberné ces dernières semaines. Nos dernières nouvelles remontent en effet déjà à début février. Pas mal d’eau a donc coulé sous le pont depuis notre dernière édition.

Tandis que le froid était au centre des conversations en Belgique, ici c’est le retour de la pluie qui alimentait le cours de la vie. Dans une région où près de 90% de la population vit de l’agriculture, la pluie est une bénédiction. Son retour, après deux mois de saison sèche, suscite l’effervescence. Chaque signe de la nature fait l’objet de spéculations pour répondre à ces questions cruciales : Quand démarrer les semis ? La saison des pluies sera-t-elle longue ? Les pluies seront-elles régulières ? A ce jeu-là, la connaissance des anciens est valorisée. En ce mois de mars, le bonheur était donc dans les prés. Les paysans, telles des artistes peintres, semblant au gré des pluies, redonner aux collines leur verdoyance éclatante !

Pour vivre cela plus intensément, nous nous sommes également prêtés au jeu avec l’ambition de profiter de cette saison de pluies pour développer sensiblement notre potager. Laitues, carottes, petits pois, haricots, tomates, maïs, concombres, potirons, poireaux, potimarons, épinards, fraises, radis, oignons, basilic, persil, menthe, roquette, tournesols se partagent joyeusement l’espace. Sans oublier un magnifique parterre de f de fleurs de « Kokeshi » plantées par Anna-Lou.

Au niveau familial, l’événement majeur de ces dernières semaines fut sans conteste l’anniversaire de notre Anna-Lou qui, cerise sur le gâteau, a pu souffler ses 7 bougies en présence de ses grands-parents Pépilo et Nanou « conteuse ». Vous découvrirez aussi dans le coin des artistes, le « bricolage nature » réalisé par Anna-Lou et ses amis lors de sa fête d’anniversaire.

Recevoir des visiteurs, c’est aussi pour nous l’occasion de voir à travers eux ce qui les émerveille, les surprend, les questionne dans leurs découvertes de l’Ouganda. Nature et écologie étaient les premiers mots qui venaient à la bouche des parents de Denis. Safari dans le parc national Queen Elizabeth, nuitée dans la Kibale Forest, randonnée dans les montagnes furent au programme de leur séjour, ainsi que la découverte d’un bien chouette projet d’éco-tourisme dans les marais de Bigodi (plus d’infos dans le coin des routards).

Les deux mois écoulés furent aussi l’occasion pour Géraldine de trouver ses marques dans son nouveau boulot (voir le Zoom de la Coopération) et à la famille d’ajuster en conséquence son organisation. Les choses se mettent plutôt bien en place !

A noter aussi une brochette de belles rencontres : Nancy, collègue d’Iles de Paix, passionnée par les arbres et l’agroécologie en général,  venue passée 10 jours ici ; Julia, la maman d’un élève de la classe d’Anna-Lou, passionnée par les oiseaux et les papillons, vivant au milieu de la forêt ; Niels (collègue de Géraldine) et sa famille qui viennent de s’installer en Ouganda.

Petit tour d’horizon de l’état des troupes :

Romain : «C’était super la ronde des cadeaux pendant l’anniversaire d’Anna-Lou ! J’ai bien aimé aussi aller voir les amis à Kampala.»

Lola : « J’ai bien aimé revoir Pépilo et Nanou. Ca faisait quand même longtemps qu’on les avait plus vu. J’aimais bien avoir mes moments avec eux. La scène des éléphants (à propos d’éléphant, voir aussi le coin des lecteurs) au Queen Elizabeth était aussi un moment fort. »

Anna-Lou : « J’ai adoré ma fête d’anniversaire ! C’était aussi génial d’aller voir les animaux tôt le matin, en même temps que le soleil se levait »

On vous laisse sur un résumé photos des semaines écoulées :

https://www.dropbox.com/sh/ni6ycfj17dbsamd/AAClit700mH3bnyeIK9bd-Qoa?dl=0

Joyeuses cloches de Pâques à tous !

La HEES Family

Moins de biens, plus de liens !

Janvier, c’est souvent le mois des nouveaux départs, des nouveautés, des bonnes résolutions. Notre premier de mois de janvier ougandais n’a pas échappé à la règle.

A épingler au rang des « nouveaux départs », la rentrée scolaire pour les enfants. Eh oui, ici en Ouganda, la nouvelle année scolaire commence en janvier. Et pour bien débuter l’année, Anna-Lou et Lola ont eu l’occasion de partir le temps d’un week-end prolongé en excursion scolaire placée sous le thème du yoga à Kampala (plus d’infos dans « le coin des routards »).

Nouveau départ également pour Géraldine qui a signé un contrat de 18 mois pour travailler en Ouganda (et principalement depuis Fort Portal !) pour Enabel. Enabel, nouveau nom depuis le 1er janvier pour la Coopération Technique Belge pour qui elle travaillait avant notre départ.

Ceci nous amène à vous parler des nouveautés. Car ce nouveau défi professionnel pour Géraldine nous amène à modifier quelque peu notre blog. Le « Zoom Iles de Paix » portera désormais le nom de « Zoom de la Coopération », permettant d’alterner des informations sur le programme Iles de Paix et sur les activités d’Enabel en Ouganda. Pour ce mois, Iles de Paix sera encore à l’honneur, avec des acteurs de terrain un peu particulier. Mais début mars, Géraldine vous en dira plus sur Enabel.

Toujours du côté des nouveautés, notre blog dispose désormais d’une nouvelle rubrique intitulée « L’écho du Nord », qui nous permet de publier des contributions reçues de nos lecteurs belges ou d’ailleurs. Une rubrique « Trait d’Union » par excellence! Pour inaugurer cette rubrique, faisant écho à notre dernier édito, nous publions le partage par François de son expérience d’ « hébergeur » de migrants.

Enfin, du côté des bonnes résolutions, pour ceux qui seraient encore en recherche, n’hésitez pas à aller faire un tour du côté du « coin des lecteurs ». Eh oui, nous y mettons à l’honneur le mouvement « (Presque) Zéro déchet ». Visiblement le mouvement est en marche en Belgique. Réjouissant d’entendre les uns nous raconter avoir décidé pour cette année de fabriquer eux-mêmes leurs produits de nettoyage et autres cosmétiques, les autres nous partager leur décision de se passer de leur voiture personnelle pour préférer un système de voiture partagée. Vive l’économie du partage et le monde de la récup ! A ce propos, nous avons découvert un « repair café » à Fort Portal. Chaque dernier samedi du mois, un atelier de couture participatif permettant de réparer ses vêtements plutôt que de les jeter. Et comme souvent, toutes ces initiatives sont aussi l’occasion de créer du lien. Car comme dirait l’autre : « Moins de biens, plus de liens !».

On vous laisse sur notre traditionnel lien photos du mois :

https://www.dropbox.com/sh/8ifhldr93lkbblt/AABvqBkufsfzyYfUedBMXn7Da?dl=0

Et on vous envoie un peu de soleil ougandais. Il se raconte que vous en manquez en Belgique 😉

 La Hees Family

En 2018, osons l’utopie partagée !

La fin de notre année 2017 et l’entrée dans 2018 se sont inscrites pleinement dans le thème de notre blog «  Trait d’Union ».

Trait d’Union tout d’abord parce qu’après 6 mois passés ici, on peut considérer que notre période d’installation est désormais derrière nous. Certes, il nous reste mille et une choses à découvrir (mais cela n’est-il pas en fait le principe et la merveille même de la condition humaine ?) mais nos repères sont désormais posés pour guider notre vie familiale, nos vies professionnelles, la vie scolaire des enfants. La journée de clôture de l’année scolaire (l’année scolaire s’achève ici en décembre) fut à cet effet l’un des moments magique du mois écoulé. Il nous a permis de prendre conscience du chemin parcouru.

Trait d’Union aussi et surtout parce que le mois écoulé fut l’occasion pour nous d’accueillir nos premiers visiteurs familiaux. Noëlle (la maman de Géraldine, alias Mamounette, ou encore « Ciboulette » (voir à ce sujet le « coin des artistes »)) est arrivée le 6 décembre les valises bien chargées, rejointe ensuite par François (le papa de Géraldine), pas moins lesté, le 22 décembre.  Plaisir intense des retrouvailles, joie de déballer toutes les attentions glissées par les uns et les autres dans les valises de nos visiteurs et magie quotidienne de retrouver une complicité comme si on ne s’était pas quitté. Lola traduisait ceci dans ses mots lors de la réunion de rédaction : « J’ai aimé pouvoir montrer à François et Mamounette tout ce qu’on connait ici, leur apprendre. Et c’était aussi chouette de découvrir ensemble de nouvelles choses. »

A propos de la réunion de rédaction, François et Noëlle étant restés avec nous jusqu’au 5 janvier, nous avons eu le plaisir de les y associer pour ce mois de janvier. Vous retrouverez ainsi, dans le « coin des routards », le carnet de route de François retraçant notre voyage à la découverte d’une nouvelle merveille de l’Ouganda, le parc National des Murchison Falls. Nature splendide avec le Nil comme pièce centrale du décor. Un Nil dans tous ses états, tantôt tumultueux lorsqu’il dévale des gorges impressionnantes et majestueusement apaisé quelques kilomètres à peine après. Un fleuve au pouvoir onirique offrant une belle métaphore de notre Trait d’Union, lien par les eaux entre l’Ouganda et l’Europe via la Méditerranée dans laquelle il finit sa longue course africaine.

A propos de Méditerranée, osons rêver qu’en 2018 elle puisse devenir un pont d’humanité entre l’Europe et l’Afrique, et non plus un cimetière à ciel ouvert de migrants désespérés. Saluons à ce sujet toutes les initiatives citoyennes qui se mettent en place en Belgique en faveur de l’accueil des réfugiés. Dans un contexte général qui peut parfois pousser au découragement, ces actions citoyennes sont des graines d’espoir qui matérialisent cette belle citation :  « Lorsqu’on rêve tout seul, ce n’est qu’un rêve alors que lorsqu’on rêve à plusieurs c’est déjà une réalité. L’utopie partagée, c’est le ressort de l’Histoire. »

En ce mois de janvier, la campagne Iles de Paix qui se déroulera du 12 au 14 janvier (voir « Zoom Iles de Paix ») offre une belle occasion de soutenir la construction d’un monde plus juste et solidaire.

Sur ce, nous vous souhaitons une année 2018 remplie d’utopies partagées ! Et on vous laisse sur le lien photos du mois :

https://www.dropbox.com/sh/31b7flfhn009nf2/AACB8hwlVIzGOtOgx4DlTjYPa?dl=0

La Hees Family !

Et si la coopération supplantait la compétition ?

Nous voilà déjà en décembre ! En Belgique les premiers flocons sont donc tombés, pendant qu’en Ouganda les pluies sont en train de s’espacer. Le robinet céleste va ici bientôt se refermer et ne se rouvrira que fin février.

Novembre s’est égrené pour nous sans événements majeurs, mais avec une succession de petits moments simples et savoureux : spectacles de théâtre pour les enfants à l’école (voir « le coin des artistes »), reprise du boulot pour Géraldine (qui a repris du service pour la Coopération Technique Belge, pour l’instant pour un contrat de 2 mois), participation à des événements sportifs à Fort Portal (10 Km jogging et triathlon pour Denis , triathlon par équipe pour Géraldine, journée sportive pour les enfants), récolte des premières carottes de notre potager, pour Lola première copine de l’école à dormir à la maison, découverte de la Ferme Kyaninga  (voir « le coin des routards »), dégustation des saveurs locales (voir «  le clin d’œil photo »), rencontre de Saint-Nicolas arrivé en Ouganda par bateau sur Lac Victoria.

Voici le lien photos pour illustrer cela en images : https://www.dropbox.com/sh/y3wi20m4bwehwni/AADfcJeONl7d6TK3yukfKSc9a?dl=0

Au final, sentiment de nous sentir de mieux en mieux dans notre nouvel environnement. Heureux de voir nos 3 enfants bien dans leurs baskets.

Ces premiers mois en terre ougandaise ont renforcé également notre conviction que notre monde a plus que jamais besoin de coopération. Comment relever les enjeux de nos sociétés modernes avec  un modèle qui produit quelques vainqueurs et une masse de perdants ? Alors nous formulons ce vœu pour 2018 de voir la coopération supplanter le modèle dominant de la compétition ?

Et la coopération à laquelle on pense n’est certainement pas la chasse gardée de la coopération au développement. Le secteur de la coopération au développement a d’ailleurs à faire lui-même sa mutation (voir « Zoom Iles de Paix »).

Mais il en va de même des écoles. Là encore il nous faut saluer et encourager tous les enseignants qui s’engagent dans cette voie de la coopération, veillant à faire de nos enfants des citoyens connectés au monde et à ses enjeux, veillant à révéler les talents de chacun. Les expériences relatées par Frédéric Lenoir ou Céline Alvarez (voir « le coin des lecteurs ») sont dans ce sens encourageantes.

Le monde des entreprises a aussi à faire sa révolution, dans son organisation et dans sa vision de son rôle dans la société. Si en tant qu’employé, nous n’avons pas toujours les moyens de faire bouger les lignes, en tant que consommateur, nous avons le pouvoir d’encourager les entreprises qui choisissent une  voie plus coopérative, plus sociétale.

Bref, quel que soit notre boulot, où que nous soyons sur notre planète, semons en 2018 des graines de coopération. Il se raconte que les plantes qui en poussent sont vivaces 😉

Bonnes fêtes de fin d’année à tous !

La Hees Family

Des bougies à souffler et des découvertes à couper le souffle !

Et oui, parmi les faits marquants du mois écoulé, les anniversaires de Lola et de Romain tiennent évidemment le haut du pavé. Le 30 septembre Lola a soufflé ses 8 bougies, quand Romain « big boy » soufflait les 4 siennes le 20 octobre.

L’un et l’autre ont eu l’occasion de fêter cela d’abord à l’école, puis chez nous durant le week-end avec des amis de l’école. Au menu pour Lola, chasse au trésor et autres jeux dans le jardin et pour Romain, dîner à la maison avec les « potes » avant d’aller s’éclater à Fort Fun City, le Wallibi de Fort Portal 😉 Et pour l’occasion, leurs amis s’étaient non seulement « sapés comme jamais », mais leur avaient aussi préparé de bien belles surprises (voir « le clin d’œil photo »)

Et comme la fête appelle la fête, on a profité de l’anniversaire de Lola pour organiser aussi notre premier barbecue ougandais. L’occasion d’inviter chez nous tous les gens que nous avons eu le bonheur de rencontrer sur notre route depuis notre installation à Fort Portal. Un bien beau dimanche après-midi !

Et entre ces deux temps forts, nous avons profité d’une semaine de congé des enfants pour nous octroyer un premier break familial depuis notre arrivée. Un road-trip (plus de détails dans « le coin des routards ») qui nous a donné notre dose de liberté par l’immensité des paysages traversés (souvent inoccupés), notre dose d’humanité  par la rencontre fascinante avec le peuple traditionnel des Karamojongs (voir aussi « le coin des artistes ») et notre dose d’amitié par le plaisir de voyager avec deux autres familles.

Bref, on termine ce mois avec de biens beaux souvenirs dans la tête. Voici quelques-uns de ceux pointés par notre trio lors la réunion de rédaction :

« J’ai bien aimé allé chez les Karamojong. J’ai pu camper et j’aimais bien porté les chèvres dans mes bras. Il y a même des bébés chèvre qui sont nés pendant la nuit! » (Anna-Lou)

« A l’école, on a chanté la chanson Happy Birthday » (Romain)

« Les mach-mallows dans le feu, c’est génial. Pas seulement pour le goût, mais surtout juste pour le faire » (Lola)

Et pour le plaisir des amateurs de photos, pour illustrer tout ceci, on vous partage deux liens :

 

Sur ce, on vous embrasse bien fort !

La Hees Family

Retour à la terre !

Septembre, c’est la rentrée ! Les premiers pas de notre dans trio dans leur nouvelle école, la Sadhguru School, est certainement le fait marquant du mois écoulé.

Un mot sur cette école, pas comme les autres. Proposer un enseignement de niveau international en milieu rural n’est en effet pas commun. Sadghuru, un penseur et yogi indien, a décidé de relever ce défi dans plusieurs pays du Sud.

Il entend ainsi apporter sa pierre à l’édifice de la lutte contre l’exode rural, problème criant dans un pays comme l’Ouganda en proposant un enseignement de qualité mais également pleinement enraciné dans le milieu naturel.

En Ouganda, chance pour nous, c’est dans la région de Fort Portal que ce projet un peu fou a vu le jour en janvier 2017, grâce à la ténacité de Jane et Sven, un couple de britanniques passionnés. Les premières classes se sont ouvertes en janvier 2017. Pour assurer sa durabilité, l’école vise à terme à attirer un public mixte d’élèves internationaux payant des frais de scolarité proche de ceux  des écoles internationales présentes en capitale et d’élèves ougandais des villages avoisinants, payant des frais de scolarité similaires à ceux des écoles de la région et « parrainés » par des donateurs situés aux 4 coins du monde. Pour l’heure l’école compte 65 élèves originaires des villages proches de l’école et … 3 petits belges. Et oui, Romain, Anna-Lou et Lola font un peu office de pionniers 😉

Comme mentionné, Sadhguru school vise aussi la reconnexion de l’homme à son environnement. Le lieu d’implantation de l’école n’est pas anodin (voir illustration dans le coin des artistes). Située à 20km de la ville rurale de Fort Portal, l’école est logée dans un écrin de verdure, bordée d’un côté par le « Nyianambuga Crater Lake » et sa forêt luxuriante et entourée de l’autre côté de collines. La nature, source inépuisable d’apprentissage, fait partie intégrante du projet pédagogique.

Cette question du lien à la nature nous a rappelé la lecture du livre « Les tisserands » (voir le coin des lecteurs). Son auteur, Abdennour Bidar, y insiste sur la nécessité de cultiver 3 liens, son lien intérieur, son lien à l’autre et son lien à la nature, pour tisser le monde de demain.

Alors notre expatriation à Fort Portal, nous offre à nous, citadins d’un pays industrialisé, l’occasion de réactiver de ce dernier lien, quelque peu atrophié. Le mois de septembre fut l’occasion de semer quelques graines sur ce terrain. Au menu : lancement de notre potager, excursion à pied ou à vélo pour mieux découvrir notre environnement direct, ateliers cuisine, rencontre avec des acteurs locaux, comme Shadrach, jeune agriculteur qui s’est lancé depuis deux ans dans la production de fraises.

Aperçu en images de ce mois placé sous le signe du « retour à la terre » à travers le lien photos : https://www.dropbox.com/sh/4s2tiovd4mymn4u/AACfUxBu14hkOSVlKzPQRETva?dl=0

Et pour finir par l’état des troupes, voici quelques bribes de notre « réunion de rédaction ».

« L’école, c’est chouette de jouer au foot. J’aime bien mon amie Maria. Elle rigole tout le temps. J’aime bien aider papa dans le potager » (Romain)

« A l’école au début, c’était bizarre car je comprenais pas toujours ma professeur. Ce qui est chouette c’est que la cour est en herbe. On n’a pas mal quand on tombe. J’aime bien creuser et mettre les graines » (Anna-Lou)

« J’ai bien aimé la rentrée. J’ai de la chance car ma prof parle un peu français. Je prends des cours de chant le lundi après l’école. Ma prof chante super bien. Ce qui est différent, c’est de voir les autres enfants manger avec les mains. J’aime bien voir les plantes pousser dans notre potager et j’adore cuisiner » (Lola)

Quant à nous, on termine le mois de septembre bluffés par la capacité d’adaptation de nos loustics.

Sur ce, on vous envoit plein de bisous … 100% nature et on vous souhaite un automne haut en couleurs!

La Hees Family

Le bonheur c’est les autres !

La saison des pluies s’est progressivement installée en ce mois d’août – l’Ouganda connait deux saisons des pluies de mi-août à fin octobre et d’avril à mai ; pendant cette saison, il pleut tous les 2-3 jours pendant quelques heures, le reste du temps, il fait très agréable – en même temps que la météo intérieure de la famille ne cessait de s’ensoleiller.

Notre camp de base de mieux en mieux installé, le moral de plus en plus acclimaté, nous avons profité de ce dernier mois de vacances pour partir davantage explorer notre nouveau pays d’accueil. Résultat : des découvertes en pagaille, des rencontres et des souvenirs plein la tête.

Au programme : un road-trip d’une semaine pour Gé et les enfants (plus de détails dans « le coin des routards »), avec une partie du séjour en compagnie d’un collègue de Gé et ses deux filles, un week-end en famille dans le Nord du Queen Elizabeth National Park, une journée de randonnée autour des « Crater lakes »avec les collègues de Denis venus en mission pour l’atelier de lancement d’Iles de Paix (plus d’infos dans « le Zoom Iles de Paix »), quelques jours à Kampala pour le travail de Denis qui furent l’occasion pour Lola et Anna-Lou de passer du temps avec Esther et Jasmine, deux filles de leur âge, la découverte d’une fabrique de fromages de chèvre à Fort Portal (« bons à se taper le c.. par terre! ») et d’une fabrique de paniers en osier dans un village voisin, et durant la dernière semaine, quelques après-midis d’adaptation passées dans la future école des enfants, occasion de rencontrer les professeurs et de faire quelques jeux avec certains de leurs futurs camarades de classe.

On achève donc le mois avec une belle question philosophique, de l’ordre de celle de la poule ou de l’oeuf : est ce parce qu’on trouve ses marques qu’on rencontre plus facilement des gens ou parce qu’on rencontre des gens qu’on trouve plus facilement ses marques ? La seule réponse trouvée à ce jour à cette question : le bonheur c’est les autres !

Dans la bouche de Lola, ça donne : « Moi, j’ai bien aimé ce mois. Les voyages, découvrir l’Afrique, les animaux et commencer à rencontrer des gens » (Lola).

Pour Anna-Lou, le fait marquant se trouve illustré dans « le clin d’oeil en photo » : « Moi j’aime encore plus quand on reçoit des lettres ici qu’en Belgique. Car ici on voit moins souvent les gens qui nous écrivent. »

Et pour Romain : « C’était chouette d’aller chercher mon lit à Kampala. J’aime Fort Portal ! »

Alors, avant de vous laisser découvrir les autres rubriques, voici le résumé photos du mois :

https://www.dropbox.com/sh/2jx00dfp2p2ql00/AAByEt-ywoIbPii5off7pDS4a?dl=0

Merci pour vos messages à la lecture de notre blog (*). Ils sont comme des pépites qui tissent le trait d’union entre ici et là-bas.

On vous embrasse tous les 5. Bonne rentrée à tous les écoliers !

La Hees Family

(*) N’oubliez pas de vous inscrire si vous voulez être prévenus par mail lorsqu’une nouvelle édition du Trait d’Union est parue. Vous pouvez également utiliser l’onglet commentaires pour faire fonctionner le trait d’union de Belgique vers l’Ouganda.